Wam de Slimane Kader

Quatrième de couverture Les aventures, sur une nuit, d’un jeune de cité venu goûter au miel de « Paname ». Un premier roman à se tordre de rire. Wam et ses copains de la « cité des artistes » ont un emploi du temps immuable : lever à 16 heures puis occupation du hall BC jusqu’à la tombée de la nuit. Un soir, accablés par l’ennui, ils décident d’une virée sur Paname… Le début d’une nuit de folie… Happé dans un tourbillon de vie et d’embrouilles, Wam se retrouve au milieu d’une crise de couple, se tape la cloche à l’oeil dans une brasserie, festoie dans un Donald avec un caïd du 93, pousse la chansonnette dans un loft de bobos, devient mascotte d’une soirée mondaine, transforme un camion poubelle en taxi, etc. Sur le modèle de After Hours de Martin Scorcese – une nuit, une grande ville, une succession d’aventures -, ce premier roman enchaîne blagues et rebondissements à un rythme trépidant et nous fait découvrir un Paris inédit : voici la ville lumière telle qu’elle brille dans le regard d’un enfant des cités. Voici comment toute ville fait fantasmer ceux qui vivent à ses marges.

Voici un livre dont la couverture artistique m’a attiré : le mot Wam écrit en graffiti sur une couverture blanche.

Je n’irai pas par quatre chemins, cette lecture m’a laissée perplexe. J’ai tout d’abord failli arrêter dès la première page : en effet dès la deuxième phrase, je vois le mot téci… Il me faut quelques secondes pour comprendre que c’est du verlan, et de me dire : oh non si tout le livre est comme ça je ne vais pas y arriver. En effet le livre est écrit de façon très rythmée, entre argot et anglais. Il faut dire que ce livre dont le héros vient de la banlieue, avec ses codes, n’aurait pas pu être écrit autrement. J’y ai trouvé de beaux moments poétiques. Mais je trouve que finalement le résumé ne colle pas tout à fait avec le contenu du livre, et je n’ai pas trouvé qu’il soit si drôle. J’ai même été un peu décontenancée par la violence qui  s’en dégage.

Malgré tout les personnages sont attachants et surtout pleins de vie !

Un livre qu’il faut tenter, même s’il n’était pas vraiment fait pour moi.

Wam de Slimane Kader, Nil, 168p.

Publicités

Une réflexion sur “Wam de Slimane Kader

  1. Pingback: Bilan lectures – septembre 2012 | Lecture dans tous ses états

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s