La prophétie du royaume de Lur : tome 2 le retour du sorcier

J’ai mis un certain temps à me lancer dans la lecture du second tome de la prophétie du royaume de Lur, mais j’ai vraiment eut plaisir à retrouver l’univers de Karen Miller.

lur2

Lire le roman de longs mois après la première partie n’a pas été si difficile que cela ; un peu compliqué de se familiariser de nouveau avec les personnages au tout début mais tout rentre vite dans l’ordre. L’accent « campagnard » d’Asher m’a semblé moins fort que lors du précédent tome, ou bien j’y ai fait moins attention… En tous cas, il m’a moins gêné.

La lecture est le plus souvent fluide, mais j’ai de nouveau noté des longueurs et des passages qui m’ont semblé presque interminables…. et d’un autre côté certains passages vont très (trop) vite ! Je ne citerai ici que le combat « final » qui m’a vraiment laissé sur ma faim.

Cet opus est plus sombre que le précédent, et j’ai autant accroché sur l’univers de Lur, la magie, les créatures qui peuplent le royaume. Les descriptions sont toujours aussi bien faites et j’ai l’impression d’avoir vraiment vu le mur de magie !

Un bon souvenir au final pour ce dyptique et j’ai vraiment envie de poursuivre avec de nouveaux romans de cet auteur.

icon_smile

La prophétie du royaume de Lur : tome 2 le retour du sorcier, Karen Miller, Editions Fleuve Noir, 593p.

La prophétie du royaume de Lur : tome 1 le mage du prince, Karen Miller

Voilà une lecture pile comme il me fallait !

royaume de lur

Pas de doute, c’est bien un roman de fantasy : un royaume, un pauvre bougre qui se trouve malgré lui propulsé dans une aventure, une famille royale, des magiciens, des prophéties, un méchant. Mélangez le tout et vous pourrez obtenir un bon roman !

L’intrigue va assez vite au début, Asher quitte rapidement son village natal et en peu de pages se trouve en plein milieu de l’intrigue. J’ai beaucoup aimé les personnages, bien décrits et avec suffisamment de profondeur : Asher bien entendu, mais aussi le prince, ses « amis » Matt et Dathné. J’aime par contre moins l’accent un peu étrange dont est affublé Asher tout au long du livre. Au début cela peut se comprendre, mais au bout d’un moment cela m’a un peu énervée.

J’ai apprécié le style d’écriture de l’auteur, des descriptions mais pas trop. Mais l’histoire présente malgré tout quelques longueurs. Comme par exemple le voyage vers la mer qui m’a semblé durer une éternité ou des dialogues ma foi assez longs. Le fameux « méchant » du livre arrive assez tard dans le récit et d’une manière pour le moins étonnante, que je n’ai pas tout à fait compris même en la relisant.

Si tous les ingrédients du roman de fantasy sont là, certains éléments sont assez originaux : le type de magie utilisée notamment, l’histoire de ce royaume qui se dévoile au fur et à mesure et de belle manière.

Au final un livre que je recommande et pour lequel je vais certainement lire la suite.

icon_smile

La prophétie du royaume de Lur : tome 1 le mage du prince, Karen Miller, Editions Fleuve Noir, 546p.

Eragon, l’héritage – Christopher Paolini

Et bien voilà, la saga Eragon est terminée. Cette aventure se conclut pour moi sur une note très positive.

Ai-je besoin de préciser l’histoire ? Les deux personnages principaux sont Eragon, dernier des Dragonniers et de Saphira sa dragonne. Comme dans de nombreux romans de « fantasy », nous retrouvons des elfes, nains et autres créatures magiques. Trois volumes précèdent l’héritage, avec des rencontres, des alliances plus ou moins compliquées, des révélations sur la famille d’Eragon. Ce dernier tome est celui de affrontement final avec Galbatorix.

Un tome assez facile à lire, sauf l’affrontement final qui m’a paru un peu brouillon, mais peut-être était-ce simplement l’excitation ? Autre point négatif, j’ai trouvé la conclusion de ce combat trop teinté de « bons sentiments ».

Ces réserves mises à part, j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver les personnages. Certains prennent de l’assurance, d’autres s’effacent. En lisant quelques critiques, les lecteurs trouvent la fin triste : le la trouve tout à fait logique. Les personnages et leurs relations n’auraient pas pu changer du tout au tout en tout juste un seul tome ! Des questions restent en suspens, comme la personnalité d’Angela, qui est-elle vraiment ? Et une dernière question, même si ce livre doit être le dernier selon son auteur : suite ou pas suite ?