Je reviendrai avec la pluie de Takuji Ichikawa

Synopsis : Takumi, homme névrosé bourré de troubles obsessionnels compulsifs, vit seul avec son fils Yûji, âgé de six ans, depuis la mort de sa femme, Mio. Il gère le quotidien du mieux qu’il peut (c’est-à-dire laborieusement), entre le travail au bureau, les tâches ménagères et l’éducation de son petit garçon. Un jour Mio revient, comme elle l’avait promis avant son décès, à la saison des pluies mais elle a tout oublié de son passé, et pour l’aider à recouvrer la mémoire, Takumi lui raconte leur rencontre et le début de leur histoire. Durant les six semaines de la saison humide, le temps se suspend pour eux et l’amour reprend ses droits.

je-reviendrai-avec-la-pluie-787172

Attention, ce livre peut provoquer tout un tas d’émotions ! Je l’ai d’ailleurs commencé durant ma grossesse ce qui est à proscrire car il m’a provoqué de nombreux sanglots.

L’histoire est très émouvante comme on peut s’y attendre en lisant le résumé, particulièrement durant une grosse première partie où Takumi raconte leur histoire à Mio qui est amnésique. J’aime particulièrement la description de leur coin de forêt et d’usine désaffectée où j’ai presque pu sentir l’odeur de mousse et d’humidité. Les personnages sont très attachants, même si Takumi et ses crises m’ont parfois énervé. Très bizarrement, la fin du livre ne m’a pas fait pleurer, et je ne sais pas pourquoi mais certains passages ne m’ont pas procuré d’émotions. L’écriture ? La traduction ? J’ai eut quelques difficultés à comprendre certains passages. L’écriture japonais ou s’entremêle l’écriture et la poésie me fait souvent cet effet.

Pour revenir à la fin du livre, j’ai été surprise du dénouement qui me donne envie de le relire depuis le début avec cet éclairage.

C’est au final un bon livre, une vraie ode à la vie.

Par contre, je ne comprends pas bien la couverture du livre … J’en ai vu dans d’autres versions qui me parlent mieux.

J’ai découvert la bande annonce du film, et je dois vous avouer que j’ai lutté pour ne pas verser ma petite larme.

icon_biggrin

Je reviendrai avec la pluie de Takuji Ichikawa, Flamarion, 319 pages.

Le mec de la tombe d’à côté, Katarina Mazetti

Voici un live que j’ai débuté presque par hasard.  Je cherchai un livre à la bibliothèque, et l’un de ceux mis en avant était le Caveau de famille de Katarina Mazetti. La bibliothécaire me demande alors si j’ai lu le premier tome. Heureusement qu’elles sont là ces bibliothécaires ! Elle m’a donc proposé de lire Le mec de la tombe d’à côté en premier. Et là, oh surprise ! Je vois ce livre dont la couverture m’attirait en magasin et que je n’ai pourtant jamais acheté.

lemecdelatombe.indd

Le résumé me donnait vraiment envie de lire ce roman. Dès le début le récit est en effet très plaisant à lire,le style me convient tout à fait. Résumé qui donne envie La rencontre des deux personnages principaux se fait dans des circonstances particulières, Désirée se rendant sur la tombe de son mari et Benny sur celle des ses parents. En-dehors de cette habitude commune, tout les oppose.

Ces deux personnages sont attachants, ce qui est peut-être lié avec le style de la narration. En effet, la parole est donnée alternativement à l’un et l’autre des personnages, ce qui permet de mieux les comprendre. Malheureusement, je les ai trouvé un peu tête à claque et bornés par moment. Les personnages secondaires ne sont pas inexistants, mais assez peu mis en valeur.

Les mondes de Désirée et Benny sont bien décrits, notamment le monde rural bien qu’il soit caricatural de temps à autres.

Entre ces deux-là, la romance qui commence tourne presque au vinaigre. Beaucoup de disputes et d’incompréhensions, ce qui m’a embêtée au bout d’un moment dans ce récit. Ainsi au fur et à mesure que j’ai tourné les pages, je me suis sentie un peu déçue. La fin est malgré tout pleine de rebondissement et donne envie de lire la suite, que vous trouverez dans un prochain billet. En conclusion, un avis assez mitigé sur ce livre.

Je terminerai par un point positif, la couverture de ce livre que j’aime beaucoup !

icon_confused

Le mec de la tombe d’à côté, Katarina Mazetti, Editions Babel, 253p.