L’échappée belle d’Anna Gavalda

De nouveau un court roman, cette fois l’échappée belle d’Anna Gavalda. La couverture de l’édition originale m’avait tapé dans l’œil avec ses sachets de riz colorés. L’histoire : un frère et ses deux sœurs se rendent à un mariage ; ils s’enfuient de la cérémonie pour retrouver leur autre frère qui n’est pas venu. Ils prennent alors un peu de temps pour se retrouver.

J’ai bien aimé le thème du livre, bien qu’il ne soit pas très original ; il m’a d’ailleurs fait penser à Une pièce montée de Blandine le Callet. Les personnages sont attachants, et l’auteur sait tirer profit de la fibre « nostalgique » des lecteurs trentenaires : dessins animés, jouets, chansons …  L’écriture est vivante avec juste ce qu’il faut comme description pour vraiment s’y croire.

J’ai par contre trouvé ce livre un peu inégal, avec une première partie trépidante, et une seconde qui s’essouffle un peu ; elle reprend un peu trop souvent ce qui faisant le dynamisme du début : listes, paroles de chanson, ce qui devient finalement un peu ennuyeux. Je n’ai d’ailleurs pas beaucoup aimé les derniers chapitres qui n’apportent pas grand-chose à l’intrigue de mon point de vue. C’est quasiment une nouvelle centrée sur le personnage de Garance et ses errances, ce qui ne m’a pas beaucoup intéressé.

Cela reste tout de même une lecture rafraichissante, qui peut faire un parallèle avec ma lecture précédente (deux zèbres sur la 30e rue) :  carpe diem !

L’échappée belle d’Anna Gavalda, le Dilettante, 164p.

Publicités