Atom[ka] de Franck Thilliez

Voici une « nouveauté » que j’ai emprunté dans ma petite bibliothèque de quartier. Un livre sorti pour la rentrée littéraire de 2012 par un auteur qui collectionne les bonnes critiques mais que je n’ai jamais lu. Certainement car je lis assez peu de polars.

couv28097291

Ce n’est qu’après avoir commencé la lecture que j’ai appris qu’il s’agit en fait de la troisième aventure d’un couple de flics. Mais en fait je n’ai pas trouvé cela gênant de ne pas avoir lu les précédents livres, car leur passé est bien amené au fur et à mesure de l’intrigue.

Le style est agréable à lire, même si je l’ai trouvé un peu long à la fin. Il faut avoir le coeur bien accroché car certains passages sont particulièrement forts, voire choquants. L’histoire est vraiment rondement menée, et on se demande au début du livre comment agencer toutes les pièces du puzzle ! la pelote se détricote au fur et à mesure, et on veut en savoir toujours plus ! Un livre vraiment addictif, sur fond d’énigme scientifique.  Il nous permet de voyager aux quatre coins de la planète, et les descriptions sont toujours très bien faites, suffisantes sans trop en faire.

Les personnages sont bien décrits et attachants. Une partie du livre concerne d’ailleurs la vie de l’un d’entre eux, avec une histoire dans l’histoire. Si cela a certainement passionné les lecteurs qui connaissaient déjà notre couple d’enquêteurs, j’y ai vu assez peu d’intérêt. Les personnages principaux ont par ailleurs un passé très (trop ?) sombre.

En conclusion une très bonne lecture, qui me donne envie de lire les précédents opus, alors que je lis assez peu de polars d’habitude.

icon_biggrin

Atom[ka] de Franck Thilliez, éditions Fleuve Noir, 596p.

Publicités

La dent du bouddha de Colin Cotterill

Voilà un livre que j’ai emprunté grâce à sa couverture. Il s’en dégage un petit je ne sait quoi de mystérieux, qui me semblait parfait pour une lecture estivale.

Ce roman met en scène Siri, médecin légiste et chaman à ses heures perdues, au temps du Laos communiste. Dans ce récit se mêlent les esprits, la bureaucratie, une petite pointe d’humour et la canicule qui sévit cet été-là.

Une belle écriture et un livre facile à lire, avec peu de fioritures. Plusieurs enquêtes se croisent avec en filigrane une période de l’histoire que je ne connais pas bien. Les voisins dont on se méfie, les pénuries, des animaux fantastiques… Des titres de paragraphes parfois étonnant, m’arrachant souvent des sourires. Les personnages sont attachants entre Siri aux multiples personalités, l’infirmière qui n’a pas les deux pieds dans le même sabot, un prince en exil à qui parle un criquet … En bref, une lecture que je recommande.

La dent du Bouddha, Colin Cotterill, Albin Michel carré jaune, traduit de l’anglais par Valérie Malfoy, 282 pages.