La rêveuse d’Ostende, Eric-Emmanuel Schmitt

Moi qui croyait avoir choisi un roman, la rêveuse d’Ostende est en fait un recueil de cinq nouvelles… ce qui n’est cependant pas insurmontable.

Pour avoir lu cet auteur, je savais que je n’allais pas être déçue de ma lecture. Si j’ai beaucoup aimé ce livre, je n’ai cependant pas apprécié chaque nouvelle de la même manière.

Ma préférée reste le première, qui a donné son nom à ce livre. J’ai presque vu Ostende, ses plages, la lumière. Loin des descriptions rébarbatives, Eric-Emmanuel Schmitt trouve toujours le mot juste, celui qui nous fait tout comprendre. La langue française est vraiment d’une grande richesse. Dans un autre genre, j’ai également bien apprécié « la guérison » qui nous conte une sorte de métamorphose.

La ligne conductrice est celle du rêve et de l’imagination. Je suis assez surprise aussi que chaque nouvelle nous parle de la mort … mais parfois aussi de renaissance.

A recommander !

La rêveuse d’Ostende, Eric-Emmanuel Schmitt, Éditions Albin Michel